Categories
Management Interculturel

Management interculturel : quel avenir au modèle d’ Hofstede ?

Les nouvelles générations bouscule les pratiques managériales. L’impact est fort aussi sur le management interculturel. Nous regardons dans cet article comment la jeune génération modifiera ou pas l’indice de distance hiérarchique. Ce dernier est une des dimensions majeures du modèle de management interculturel d’Hofstede.

Un des piliers du management interculturel est contesté. L’évolution de nos sociétés le soumet à rude épreuve. L’impact de la génération Y va-t-il modifier les fondamentaux de la communication interculturelle ? Regardons ensemble les changements que cette nouvelle génération est susceptible d’apporter dans nos styles de management.

L’indice de distance hiérarchique, premier élément du modèle de management interculturel d’Hofstede, va-t-il disparaître avec l’arrivée des nouvelles générations sur le marché du travail ? Les Y, les millenials acceptent moins les inégalités et signes de pouvoir, quelle que soit leur nationalité. Le monde du travail va en être impacté : si elles sont managées « à l’ancienne », ces générations quittent l’entreprise, d’où l’importance de changer de comportement.

Dans un pays avec un indice de distance hiérarchique élevée, les décisions sont par exemple prises par le chef et peu de collaborateurs ont voix au chapitre. Cet indice est deux fois plus élevé en Russie qu’en Hollande. Cela veut dire que Russes attendent un management directif.

L'évolution de l'indice de distance hiérarchique et son impact sur le management interculturel
L’indice de distance hiérarchique en Russie et en Hollande

Comment les indices vont-ils évoluer ?

La première option suggère que les indices pourraient diminuer dans les prochaines années. Hofstede lui-même le pense tout en apportant une nuance de taille : si les scores baissent, ils le feront probablement de façon homogène. Ainsi les écarts de distance hiérarchique seraient toujours d’actualité, et les écarts d’un pays à l’autre resteraient donc porteurs de sens. Les fondamentaux du modèle d’Hofstede seront dans ce cas toujours un bon modèle de coaching interculturel. L’application du modèle pour la formation des managers sera donc toujours utile.

Un manager ayant évolué dans un pays où l’indice de distance hiérarchique est faible sera amené à être extrêmement vigilant sur son style de management dit « ouvert et démocratique » dans un pays où l’indice est élevé, ceci même si les indices de ces deux pays ont baissé. Ce n’est donc pas l’écart qui se referme, mais l’ensemble des indices des pays qui baisse. Cela n’impacte pas les principes de management interculturel. C’est en tout cas l’hypothèse actuelle du modèle d’Hofstede.

Des évolutions majeures du management interculturel en Russie

management interculturel : les comportements des étudiants
Comprendre le management interculturel par les étudiants internationaux

La seconde option consisterait en un tassement des scores dans les pays à indice de distance hiérarchique élevé. Nous assisterions donc à une diminution des écarts entre ces pays. Ainsi, avec l’arrivée de la génération Y et des millennials en Russie et en Chine, l’indice de distance hiérarchique très élevé actuellement pourrait baisser au point de se rapprocher des niveaux actuels de pays comme la France. Cela modifiera-t-il les programmes de formation des managers en communication interculturelle ? Nous verrons avec le temps. Les hypothèses fondamentales du modèle de communication interculturelle d’Hofstede étant anthropologiques, les changements se feront doucement.

Quelles conséquences pour le management interculturel en entreprise ?

L’utilisation du modèle d’Hofstede est à mon sens un « must ». Il me sert énormément en tant que consultant interculturel. C’est en effet un outil de formation interculturelle extrêmement simple et efficace. Je l’utilise avec les étudiants de master, mais aussi pour former et développer les qualités d’un bon manager à l’international. Même s’il est parfois critiqué pour l’ancienneté de ces statistiques, il reste très pertinent.

Hofstede, incontournable pour l’éternité en management interculturel ?

Personnellement, je ne crois pas à un changement rapide. Étant par ailleurs un fervent promoteur du modèle de management interculturel d’Hofstede, je persiste à penser qu’il sera encore utile dans 20 ans. Certes, il sera important de réévaluer régulièrement l’évolution des indices mais la démarche d’analyse des cultures lors de problématiques de management interculturel restera la même.

Prendre un premier rendez de découverte du Management Interculturel


NOM

E-MAIL

SUJET

MESSAGE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *