Quel consultant oserait dire : « je forme au management et au leadership par le cinéma » ? Je me suis souvent demandé comment aider autrement les managers à développer un leadership positif. Le film « Au bout des doigts » est ici l’occasion de porter un regard différent sur la transformation des organisations et le management d’équipe.

Dans ce film réalisé par Ludovic Bernard , Mathieu est un virtuose du piano qui n’ose pas afficher son talent dans la banlieue dans laquelle il vit. Sa rencontre avec Pierre, responsable du Conservatoire National Supérieur de Musique, lui fait échapper de peu à la prison suite à de petits cambriolages. Convaincu du talent du jeune homme, Pierre le pousse à s’inscrire au concours national de piano.


Incarner le leadership

Comment devenir un bon leader ? S’il n’existe aucune réponse toute prête, des fondamentaux contribuent à développer les qualités d’un bon manager et à diriger une équipe. La première piste consiste à observer des modèles de leadership inspirant, comme Pierre. Face aux problèmes de recrutement de bons candidats pour le concours, il fait preuve de courage en proposant une solution originale au problème : recruter quelqu’un qui sort du cadre habituel, donc Mathieu. Lorsqu’il traverse des difficultés et qu’il est mis en cause par sa hiérarchie, il garde le cap. Il sait imposer des règles simples et justes à Mathieu. Lorsque celles-ci sont enfreintes, il sait recadrer avec fermeté et bienveillance. À la fois respectueux et calme, il n’en oublie pas moins de rappeler à son élève les règles du jeu. Pour affirmer son leadership, il n’hésite pas à montrer ses émotions et à se montrer authentique dans les moments de doute.

La transformation des organisations

Le conservatoire est en proie à une baisse des inscriptions. Problématique classique des organisations pour attirer les talents de la génération Y aujourd’hui. Qui veut encore passer 6-8 heures par jour sur un piano pendant cinq ans, sans avoir la garantie d’un emploi stable et bien payé ? Si les vocations continuent d’exister, la problématique de recrutement évoquée dans le film est tout à fait d’actualité dans les entreprises d’aujourd’hui. Elle est encore plus criante à l’étranger, par exemple en Suisse, Allemagne, Angleterre ou Etats-Unis, pays où le marché de l’emploi se porte bien. Néanmoins les jeunes sont là, les talents sont présents. Dans le film, la vocation de Mathieu est née très tôt grâce au leadership exercé par Monsieur Jacques, son premier professeur de piano.

Les résistances au changement

Comment sortir des blocages au sein des organisations ? Par la confiance d’abord. La prise de risque est ensuite l’un des fondamentaux de la mise en œuvre du changement. En résumé : pas de prise de risque, pas de changement ! C’est ce manque de confiance qui est mis en lumière par le directeur du conservatoire, André Ressigeac. De ses doutes naissent des querelles internes à l’organisation.

Cette année, j’enseigne à trois groupes d’étudiants. Je les encourage régulièrement à prendre des risques, à aller travailler à l’étranger. En effet, si vous ne voulez pas vivre un minimum de stress et ne pas prendre de risques, ne vous lancez pas dans une carrière de manager ! Dans un monde en constante évolution, l’incertitude est devenue la règle. C’est ce que l’on appelle le VUCA world (Volatilty Uncertainty Complexity Ambiguity). En tant que manager, vous serez en permanence confronté à des défis et au changement. L’incertitude est devenue la règle pour les managers dans les organisations.

Pour finir, je vous encourage bien sûr à aller voir « Au bout des doigts » avec l’œil du « change management ». Certaines interprétations et certaines scènes vous semblent caricaturales ? C’est fort probable, mais elles nous renvoient aussi à nos propres limites, à nos propres blocages. Qui d’entre nous aurait eu le courage de présenter comme candidat Mathieu ?